Loading...
Wait
Please wait
Loading longer than expected.
Wait 30 more seconds   Reload
wait
Login
X
Email OR Username:
Password:
Connect with Google+
Get an account
Forgotten password?
Email account confirmation
Language:
La tutosphère
Trus et astuces, discussions sur le sous-titrage
Avatar
RSS Bbsiocnarf
1.0000

Views 50073 times
  Pages: 1  
+35.94
Published by Bbsiocnarf on 14-01-01 at 12:14 pm   -   Category : Sujets divers  -   Seen: 3944 times
Qu'elle soit remplie de très bonnes séries.

Message personnel
Spéciale dédicace au connard, de la part des mormons.
+12.04
Published by Bbsiocnarf on 12-10-21 at 03:11 pm   -   Category : News  -   Seen: 5044 times
L'émission s'appellera "Au prochain épisode". Le premier numéro sera diffusé mardi prochain. Dans ce numéro, Rafik va rencontrer Martin Winckler et parler notamment du massacre de l'adaptation réalisée par les chaines françaises.

Source : Daniel Schneidermann, lors de la dernière émission d'arrêt sur images.

Pour info
Arrêt sur images est un média indépendant qui ne vit que de ses abonnements (3,5 euros par mois, ou 40 euros par an, ou 18 euros pour les étudiants, chômeurs et précaires) et qui diffuse chaque semaine 1 à 2 émissions d'une heure sur un sujet, et des articles tous les jours : revue de presse internationale, news, chroniques et dossiers. L'abonnement donne accès à toutes les archives et donc à toutes les émissions, dont certaines sont d'anthologie (par exemple, tous les numéros avec Frédéric Lordon).



Emission 1 : MARTIN WINCKLER, CULTURE SÉRIES

Censure par le doublage, présélection politiquement correcte: la diffusion des séries américaines en France révèle comment nos chaînes nationales ont parfois le sentiment de devoir "éduquer le peuple" et le protéger du réel. C'est en tous cas l'avis de Martin Winckler, qui étudie depuis vingt ans notre façon de consommer des séries. Toutes ces prochaines semaines, Rafik Djoumi ira à la rencontre d'autres spécialistes de la "culture séries", scénaristes, réalisateurs, fins connaisseurs, à la découverte de séries connues ou moins connues, et surtout du rapport qui nous lie à elles. Suite... @u prochain épisode.

Durée de l'émission : 1 h 20


Emission 2 : PACÔME THIELLEMENT ET L'EXÉGÈSE DE LA SÉRIE TV

De la sagesse et de la spiritualité dans les séries américaines? Vous voulez rire? Et pourtant… pour Pacôme Thiellement, ces séries TV qui nous surprennent, nous accompagnent, nous obsèdent, de Twin Peaks à Lost, ont bel et bien le pouvoir d’accueillir l’âme dans cet entre-monde où la réalité prend forme, provoquant un travail d’initiation et d’exégèse qui renvoie à la fonction des textes sacrés. Et le plus sérieusement du monde, il sera le premier à en rire.

Durée de l'émission : 1 h 20


Emission 3 : FICTIONS FRANÇAISES : ENFIN EN PROGRÈS ?
Benjamin Rozovas (Technikart) fait le point

Où en est la série française? Entre le feuilleton de Mémé et la tentation américaine, y a-t-il de la place pour des chemins de traverse ou d'heureuses anomalies ? À l’heure où Canal + et Orange annoncent qu'ils font bouger le PAF, nous nous sommes tournés vers Benjamin Rozovas. S'il se réjouit de certaines initiatives, cet ancien militant de la cause relativise aussi les ardeurs des diffuseurs.

Durée de l'émission : 55 minutes


Emission 4 : ET LE ZOMBIE SE DÉMOCRATISA
Jacques-Olivier Molon, orfèvre en effets spéciaux

Autrefois réservée à un cinéma d’exploitation ghettoïsé, la figure du mort-vivant s’affiche aujourd’hui dans les parades, les magazines et les séries TV à grande audience. Mais que s’est-il passé entre 1979 et 2010, entre Zombie et The Walking Dead ? Jacques-Olivier Molon, réalisateur et maquilleur d’effets spéciaux, nous explique avec douceur l’arrivée de l’horreur à la télévision.

Durée de l'émission : 1 heure


Emission 5 : ALAIN CARRAZÉ, PORTEUR, APPORTEUR, IMPORTEUR DE SÉRIES
Est-on vraiment passé, en France, du rien au tout ? De l’absolu mépris pour les séries télé étrangères à leur éloge quasi régulier ? Alain Carrazé relativise et remet en contexte. Depuis 30 ans, cet homme aux multiples casquettes, devenu presque malgré lui le Monsieur Séries des médias français, est au cœur du système. Achats, promotions, programmations, militantisme, il a tout connu et a beaucoup de choses à raconter... y compris au sujet d'Arrêt sur images !

Durée de l'émission : 2 heures et 8 minutes


Emission 6 : MARC HERPOUX, DE PIGALLE LA NUIT À BREAKING BAD
Ambiances «trash» ou «dark», personnages à la dérive ou gangsters sans scrupules: qui, des scénaristes ou des chaînes de télévision, détermine les «excès» que le public est prêt à endurer? Les américains ont Deadwood et Breaking Bad. En France, nous avons Pigalle la nuit. Enthousiaste et franc, son scénariste Marc Herpoux nous explique comment lui et son collègue Hervé Hadmar ont su trouver leur espace d’expression au sein du système pyramidal des chaînes françaises.

Durée de l'émission : 1 heure et 28 minutes


Emission 7 : YVAN WEST LAURENCE, DE LA « JAPONIAISERIE » À LA JAPAN EXPO
Le manga, enfer et apothéose

Diffusés depuis quarante ans sur nos chaînes, les dessins animés japonais ont vu grandir deux générations et font aujourd’hui de la France le premier pays européen amateur d'anime et de manga. Cette accoutumance des Français à la culture japonaise n’a pas été sans heurts et, pendant près de 25 ans, ces dessins animés ont été l’objet d’attaques virulentes, à la hauteur de leur succès télévisuel.

Durée de l'émission : 1 heure et 34 minutes
+30.42
Published by Bbsiocnarf on 09-01-02 at 11:52 am   -   Category : Traduction et Sous-titrage  -   Seen: 6289 times
Vous êtes nombreux à taguer vos sous-titres et à utiliser le remove tag de Lama et ses versions modifiées pour réaliser des versions notag. Voici un remove tags amélioré par Dapitch666 et Golgi qui va vous permettre de gagner un peu de temps dans cette opération et de générer des versions ass de vos sous-titres, prêtes à l'emploi.

Pourquoi faire des versions ASS ?
D'une part, parce qu'elles permettent l'utilisation des tags ass sur l'ensemble des plate-formes (Linux, Windows et Mac OS) et, d'autre part, car les platines de salon et autres disques durs multimédias qui supportent le format ASS doivent, en théorie, (je n'ai pas vérifié) supporter les balises ass et donc permettre aux utilisateurs de ces engins de bénéficier de versions TAG.


Télécharger


Ce remove tags permet de générer 2 nouveaux fichiers correctement nommés à partir d'un seul. Le seul impératif : que le fichier d'origine se termine comme ça : TAG.srt

Exemple :
A partir de ce fichier :
BSG.4x01.lol.TAG.srt

On obtient :
BSG.4x01.lol.TAG.srt
BSG.4x01.lol.NoTAG.srt
BSG.4x01.lol.TAG.ass

- Le TAG.srt est inchangé
- Le NoTAG.srt supprime les {\}, remplace les lettres spéciales comme o dans l'e et préserve les italiques.
- Le TAG.ass est un fichier 100 % ass.

Attention, si vous laissez dans vos sous-titres des commentaires comportant l'enchainement des deux signes "\N" (exemple des coupes dans une VO : {\Now, }) celà va générer des sauts de lignes en ASS... Préférer la syntaxe suivante par exemple : {\*Now, }.

Edit : deux outils php pour réaliser les mêmes opérations :
Le remove tag de Spirit :
http://spsubs.free.fr/remove_tags.php

Le ASS generator de Golgi :
http://golgeek.fr/ASS_generator/
+35.18
Published by Bbsiocnarf on 08-12-12 at 11:03 pm   -   Category : Traduction et Sous-titrage  -   Seen: 13433 times
LES ANNEXES : MISE AU POINT !

Si l'idée de publier des annexes avec les sous-titres peut paraître bonne et être particulièrement appréciée par les utilisateurs, elle n'est pas sans risque quant à la qualité du sous-titrage. Afin que les annexes ne deviennent pas une solution de facilité pour ne plus traduire les références culturelles et autres blagues linguistiques, nous avons décidé, à quelques sous-titreurs, d'écrire ce petit point de vue et de l'agrémenter de nombreux exemples*.

Il ne faut pas oublier que tous les utilisateurs ne viennent pas lire les sujets d'annonce de sous-titre. Entre les téléchargements directs par widget, les téléchargements sur d'autres sites, les incrustations, etc., une large part de l'audience n'a pas accès à ces annexes.

En conséquence, leur existence ne doit pas conduire à ce qu'une référence culturelle typiquement américaine, qui n'a pas ou peu traversé l'Atlantique, soit laissée comme telle dans le sous-titre. Les spectateurs français ne comprendront pas, même si vous, sous-titreurs, avez fait la recherche lorsque vous avez rencontré cette difficulté ou en aviez déjà connaissance.

Connaissez-vous une seule salle de cinéma qui distribue un dépliant vous expliquant l'adaptation qui est faite du film que vous êtes venus voir ? Connaissez-vous un seul programme TV ayant une page expliquant l'adaptation des films que vous allez voir dans la semaine ? Ce serait un aveu d'incompétence de la part de la profession d'adaptateur. Mais voilà que fleurissent depuis un moment des annexes aux sous-titres de séries TV. Une petite mise au point s'impose.


1) Les sous-titres doivent se suffire à eux-mêmes pour faire comprendre l'histoire, la scène, le dialogue. Vous luttez pour trouver une idée ? Vous bossez en équipe, demandez l'aide de vos "collègues".

Lors d'un épisode de House, il est fait référence à un certain Lalph Klamden. Qui, en France, sait de qui il s'agit ? Qui, en France, en laissant tel quel aura seulement compris qu'il s'agit d'une référence pop-culture US et non effectivement du nom du personnage à qui parle le Dr House dans cette scène ? Il s'avère que c'est en rapport à Ralph Kramden, un personnage chauffeur de bus d'une série des années 50 qui n'a sans doute jamais traversé l'Atlantique. Comment faire, alors ? Eh bien, House donne ce nom à un chauffeur de bus. Vous ne pouvez pas restituer la référence originale au public français. Suffit de l'appeler ironiquement - rapport à l'accident de bus - "l'as du volant" ou encore "Otto Tamponneuse", ou enfin "Otto Bus", comme le nom que donne Bart Simpson à son chauffeur de car scolaire. Dès lors, avec cette dernière solution, vous retrouvez une référence pop-culture, et pour ceux qui passeraient à côté, faute de regarder Les Simpson, reste le jeu de mots. On ne laisse pas "Lalph Klamden" tel quel en expliquant en annexe qu'il fallait rire hier quand on a regardé l'épisode. Ça, ça revient à faire un bide et devoir expliquer après-coup pourquoi sa blague était drôle. Les annexes de cette nature sont à proscrire.

Lors d'un épisode de The Shield, on rencontre "Hanoï Hannah". C'est une référence à une animatrice radio lors de la guerre du Viêt-nam. Totalement inconnue pour les Français. Comment faire ? Trouvez le nom d'une Asiatique bien connue des Français : "Yoko Ono" ou, à défaut, "Miss Asie".

Un autre épisode de The Shield a mentionné "Dr Phil". Les Français ne connaissent pas. C'est un psy qui a un show à la télé US. On adapte ça en "psy".

On ne laisse pas "Sasquatch" comme tel, on adapte en "Yéti" si c'est une référence poilue, ou en "Bigfoot" si c'est une référence à une grande empreinte de pas.

On ne laisse pas "INS", on adapte en "Immigration".

On ne laisse pas "IRS", on adapte en "fisc".

On ne laisse pas le titre d'un film en VO, genre Altered States. On cherche le titre VF : Au-delà du réel. On pourra garder les titres VO des films connus des Français en VO : Star Wars, Die Hard, Ghostbusters.


2) Si le contexte laisse comprendre la référence culturelle US, la laisser et même la réutiliser dans un autre épisode de la même série feuilletonnante même si le contexte n'y est plus. Ne pas le faire sur un show en standalones, façon Les Experts. Ainsi, on peut laisser "Wal-Mart" dans un épisode de The Shield parce que le contexte explicite clairement via un slogan "écrase les prix" qu'il s'agit d'un magasin. Dès lors, s'agissant d'une série feuilletonnante, on pourra s'en resservir dans un autre épisode où le contexte n'y est plus. À défaut, lorsqu'on a affaire à une série standalone, qu'on ne suit pas forcément aussi assidûment, on ne peut pas s'en resservir sans un contexte clair. Dès lors, on adapte en "Super Discount" ou "Tout-au-rabais", par exemple. Ne surtout pas transposer un "ED" ou "Lidl" risible bien de chez nous sur le territoire américain. À moins d'être dans un sitcom, où on cherche à faire rire.


3) Pas de transfert d'une série à l'autre : "tar" est laissé comme tel dans The Shield parce qu'explicité illico dans le dialogue comme étant de l'héroïne. Le mot tombe de nouveau dans Dexter sans être explicité. Mettez "héroïne". Le téléspectateur de Dexter n'est pas nécessairement téléspectateur de The Shield. Laissez-lui "tar" et il ne comprendra pas de quoi il retourne.


4) Ne pas utiliser d'astérisques ou d'appels de note. Certains sous-titres comportent des * pour renvoyer aux annexes (quand ce ne sont pas des notes, entre parenthèses, impossibles à lire sans faire pause). La frustration est d'autant plus grande au visionnage. Soit l'astérisque n'est pas utile pour l'utilisateur, car il connaît la référence, et ça ne fait que le perturber, soit elle l'est, et il doit faire pause pour aller lire l'annexe, s'il sait où la trouver. En tout état de cause, les astérisques sont à proscrire dans un sous-titre. Dans des cas exceptionnels, si le temps de lecture du sous-titre le permet, utilisez la parenthèse. Mais cela ne doit être qu'un dernier recours, quand on a tout retourné et qu'au final, il n'y a vraiment pas moyen de s'en sortir pour faire passer un gag comme "Uranus/Your anus", issu d'Austin Powers et parenthésé dans le sous-titre professionnel.

En somme, des annexes qui apportent des informations complémentaires et donc dispensables, oui. Des annexes nécessaires à la compréhension, non.

KB, guilamu, Bbsiocnarf...

--------------------
* Il est apparu nécessaire, afin d'illustrer ce point de vue, de citer quelques exemples, tirés de sous-titres publiés sur sub-way. Que les teams citées ne le prennent pas pour elles. Nous avons choisi les exemples qui nous sont restés en mémoire. On trouve ce genre de références, non adaptées, dans pratiquement toutes les séries, et à tous les niveaux, même en SW3 (référence à A.E Housman, poète anglais inconnu en France, dans The Sarah Connor Chronicles, référence à Debbie McGee, l'assistante de Paul Daniels, magicien célèbre à la télé anglaise, dans The IT Crowd, Homeland Security, non traduit en Sécurité intérieure, dans ReGenesis, etc.)
+35.55
Published by Bbsiocnarf on 08-01-13 at 11:09 am   -   Category : Traduction et Sous-titrage  -   Seen: 12628 times
Voilà un tout petit tuto sur les balises et les tags utilisables dans les fichiers sous-titres.

Petit rappel
- Les balises de type {\xxx} sont des balises au format ASS/SSA
- Les balises de type <xxx> </xxx> ne sont pas des balises "officielles", mais sont correctement interprétées par vobsub et par la plupart des lecteurs sur le marché. Par convention, je les appellerai balises "srt", même si ce n'est pas le cas.

Les balises utiles pour enrichir le texte

En balise srt :
- l'italique : <i></i>
- le bold : <b></b>
- le souligné : <u></u>
- la couleur : <font color="______"></font> Les underscore doivent être remplacés par les 6 caractères de la couleur dans le sens RVB.

En balises ass :
- l'italique : {\i1}{\i0}
- le bold : {\b1}{\b0}
- le souligné : {\u1}{\u0}
- la couleur : {\1c&H______&}{\c} Attention, les underscore doivent être remplacés par les 6 caractères de la couleur inversés par paires (BVR au lieu de RVB) ! Ainsi la couleur a0153b devient 3b15a0.
- la taille du texte : {\fs18} pour mettre la police en taille 18 (ça peut-être utile pour ne pas recouvrir les crédits sans déplacer le sub).

Les balises utiles pour positionner le texte

En balise srt :
Il n'existe pas de balises à ma connaissance.

En balises ass :
Là au contraire, vous allez trouver toutes les balises nécéssaires !

- Le positionnement rapide
{\a_} ou l'underscore est remplacé par un chiffre de 1 à 11 :
1: en bas à gauche 5: en haut à gauche 9: au milieu à gauche
2: en bas au milieu 6: en haut au milieu 10: au centre de l'écran
3: en bas à droite 7: en haut à droite 11: au milieu à droite

- Le positionnement précis
{\pos(192,260)} ou la première valeur est la position horizontale et la seconde la verticale. 192 et 260 sont sensiblement les valeurs par défaut en lecture vobsub de fichier srt.
Attention pour que ces positionnements soient correct en ASS/SSA, il faut remplacer 2 lignes dans les fichiers ASS par ces valeurs :
PlayResX: 384
PlayResY: 288

Exemple : pour remonter un texte au dessus d'un crédit sans le décaler horizontalement, on utilisera par exemple {\pos(192,220)}


- L'alignement du texte
Pour mettre du texte en fer à gauche ou à droite (utile par exemple pour la traduction d'un carton qui est lui-même en fer à gauche ou à droite ou si vous voulez styler en fer à gauche tout votre sub ou simplement les lignes à tirets) il faut utiliser une combinaison de balises.

Exemple : pour mettre en fer à gauche au centre {\pos(96,260)}{\a1}
Ceci est valable en srt ou pour une partie des lignes seulement. En ass, si vous souhaitez que tout le sub soit en fer à gauche, il est possible de le faire globalement.


Quelles balises utiliser ?
Dans un fichier srt, vous pouvez utiliser :
- toutes ces balises dans une version destinée à être lue par vobsub;
- uniquement les balises de type srt dans une version destinée à un visionnage PC;
- aucune balise pour une version compatible avec 100% des platines de salon.

Dans un fichier ass/ssa :
- vous pouvez utiliser uniquement les balises ass/ssa.

Pour en savoir plus
Sur le ASS/SSA, qui offre énormément de possibilités (effet de transparence, couleur des bords, des ombres, effet karaoké, effets de mouvement, possibilité de définir des styles, etc.), vous pouvez vous référez à différents sites :
http://www.hyjoo.com/sujet-24414.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/SubStation_Alpha
http://www.unite-video.com/phpbb/viewtopic.php?t=6885
  Pages: 1  
.