Loading...
Wait
Please wait
Loading longer than expected.
Wait 30 more seconds   Reload
wait
Login
X
Email OR Username:
Password:
Login with Google
Get an account
Forgotten password?
Email account confirmation
Language:
Le NikoMagBlog !
Ou l'art de conjuguer sexe, science et religion... Tout un programme !
Avatar
RSS NikoMagnus
1.0000

Views 75481 times

on 10-03-08 at 03:52 pm
GN : jeu de rôles Grandeur Nature


on 09-06-29 at 03:32 pm
[ Histoire ] Une flûte vieille de 35 000 ans aka le + vieil instrument du monde


on 09-06-16 at 02:34 am
[SCIENCE] Un 112e élément !


on 08-11-20 at 04:39 pm
[Ecologie] 2 minutes pour sauver des thons...


on 08-11-12 at 03:31 pm
[RIP] Phoenix...


on 08-04-24 at 08:40 am
Des leucémies inexpliquées autour des centrales nucléaires


on 08-04-18 at 02:07 pm
Enfin un remède contre le cancer de la prostate ?


on 08-04-14 at 06:02 pm
Total se tourne vers le nucléaire


on 08-04-14 at 03:54 pm
Les graisses industrielles favorisent le cancer du sein


on 08-03-21 at 01:10 pm
Journée mondiale de l'eau : l'Onu tire la sonnette d'alarme


on 08-03-12 at 05:50 am
[SCIENCE] Un trou noir dans une fibre optique ?


on 08-02-21 at 06:10 pm
Un plastique autocicatrisant...


on 08-02-20 at 02:47 am
Pour quoi les USA détruisent un de leur satellite espion ?


on 08-02-19 at 08:31 pm
[Astronomie] Eclipse de Lune ce 21 février !


on 08-02-19 at 05:57 pm
Sicile : Expérience militaire ou OVNI ?


on 08-02-19 at 03:10 am
[NATURE] Les requins menacés...


on 08-02-13 at 07:17 pm
[SCIENCE] Des avions en papier lancés depuis l'espace...


on 08-02-13 at 06:18 pm
[SCIENCE] Bientôt des voyages dans le temps ?


on 08-02-08 at 02:04 am
[SCIENCE... FICTION ?] L'armée veut lire dans le cerveau de ses soldats


on 08-01-16 at 03:48 pm
TOTAL : Vous ne polluerez plus chez nous par hasard...


on 08-01-09 at 10:49 pm
Les OGM Monsanto sont nocifs : c'est officiel !!!


on 08-01-02 at 11:39 am
[SCIENCE] Comment faire s'enculer les mouches ?


on 07-12-29 at 03:28 am
[Santé] H5N1 : transmission interhumaine confirmée !


on 07-12-20 at 03:01 pm
[Ecologie] Comment mentir sur le rechauffement...


on 07-12-18 at 06:04 am
[ÉCOLOGIE] Le cargo à voile débarque !!!


on 07-12-12 at 10:38 pm
Il manque de la matière dans l'univers...


on 07-10-05 at 03:35 pm
[SCIENCE] Les prix Nobel les plus cons...


on 07-10-05 at 11:11 am
[ASTRONOMIE] Une planète semblable à la Terre serait en formation


on 07-10-02 at 11:02 am
[ASTRONOMIE] Pour le plaisir des yeux et de ce qui se trouve juste derrière...


on 07-08-15 at 04:54 pm
[Astrophysique] De la vie à l'intérieur des étoiles ?


on 07-08-01 at 06:45 pm
[OGM] Des brevets de Monsanto protégeant des OGM remis en question aux USA


on 07-07-09 at 05:01 pm
[Ecologie] Le quizz qui fait gagner des arbres...

+4.85
Published by NikoMagnus on 08-02-21 at 06:10 pm   -   Category : Science et Nature  -   Seen: 2918 times
Incroyable, du plastique qui s'autorépare !

Si seulement la chair pouvait faire ça aussi rapidement, ça m'éviterait bien des tracas, les soirs où je suis bourré... titter

Je vous laisse découvrir ça, dans cet article de futura-sciences...


Cliquez pour lire l'article






un plastique qui cicatrise de lui-même !






Des joints aux vêtements, ce caoutchouc artificiel au sein duquel les petits accrocs se referment d'eux-mêmes promet d'innombrables applications. Ce matériau étonnant, qui vient d'être présenté par une équipe française, n'est pas conventionnel : il est constitué de réseaux de molécules liées entre elle. On parle de matériau supramoléculaire.


Un coup de canif sur ce caoutchouc et la blessure se referme complètement après un simple massage, comme avec de la pâte à modeler. On peut même, comme le montre la vidéo, couper en deux un cordon fait de cette matière molle et le reconstituer ensuite, sans colle et sans laisser de point de faiblesse à l'endroit de la coupure... Ce surprenant matériau vient d'être présenté par l'équipe du laboratoire Matière molle et chimie (une unité commune au CNRS et à l'ESPCI, Ecole supérieure de physique et de chimie industrielles, Paris) et fait l'objet d'une publication dans la revue Nature. L'équipe est dirigée par Ludwik Leibler, qui fut collaborateur de Pierre-Gilles de Gennes, illustre amateur de matière molle.


Depuis longtemps, les scientifiques cherchent des pistes pour réaliser ce rêve d'ingénieur, qui ferait disparaître sans intervention les rayures, les fissures, les criques, les coupures et autres accrocs que les organismes vivants savent si bien réparer.


Des solutions ont été imaginées, notamment pour des matériaux durs, et parfois sophistiquées. Mais l'équipe de Ludwik Leibler explore une autre voie : celles des matériaux supramoléculaires. En 1987, l'étude de ces structures a valu le prix Nobel au Français Jean-Marie Lehn et aux Américains Donald J. Cram et Charles J. Pedersen. Une chimie complètement nouvelle était née, que Jean-Marie Lehn a proposé d'appeler supramoléculaire.




Quand les deux morceaux du cordon coupé sont approchés, des liaisons hydrogène se mettent en place au niveau de la jointure. Elles sont de la même nature que celle assurant la cohésion du matériau lui-même : la cicatrisation est parfaite.


Jouer au Lego avec les molécules

Alors que la chimie traditionnelle manipule les liaisons entre atomes, la chimie supramoléculaire tire profit des liaisons intermoléculaires, de nature physique et non chimique (comme la liaison hydrogène qui lie entre elles les molécules d'eau). On peut ainsi construire des édifices de grande taille (à l'échelle nanométrique) dans lesquels les molécules s'accrochent entre elles ou s'imbriquent les unes dans les autres. Avec les enzymes et les multiples récepteurs sur la membrane des cellules, la vie utilise la chimie supramoléculaire mais ces phénomènes sont peu présents dans le monde minéral. « C'est une chimie qui n'est pas souvent utilisée dans l'univers, nous pouvons grâce à elle imaginer des structures inédites » expliquait Jean-Marie Lehn après son prix Nobel.


Cette nouvelle chimie a depuis essaimé dans plusieurs domaines, jusqu'à l'électronique. Le laboratoire Matière molle et chimie l'utilise pour réaliser des matériaux aux propriétés innovantes. Avec des acides gras organiques (d'origine végétale) et de l'urée, les chercheurs sont parvenus à créer des liens intermoléculaires. Des groupes azotés (amides et imidazolidones) s'installent sur les acides gras et favorisent les liaisons hydrogène entre molécules. Celles-ci peuvent alors s'enchaîner pour former de longues structures, ressemblant à un polymère. Mais ici la cohésion est assurée par les liaisons hydrogène et non des liaisons chimiques.


Des jouets, des joints, des peintures...


Cette structure explique la cicatrisation : quand les deux bords de la plaie sont appliqués l'un contre l'autre, les liaisons hydrogène se reforment entre les molécules et le matériau retrouve son intégrité complète. La réparation n'impose pas d'appliquer une force importante, une élévation de température ou la présence d'un catalyseur, comme c'est le cas avec d'autres matériaux expérimentaux capables de cicatrisation. La seule condition est que les bords de la plaie restent en contact sous l'effet d'une faible pression, ce qui est possible puisque le matériau reste mou. En effet, les acides gras portent soit deux soit trois fonctions azotées et ne prennent donc pas tous la même forme, interdisant la cristallisation.








 [x]

Avec des liaisons non-covalentes (donc pas de nature chimique), qui accrochent les motifs noirs, rouges et bleus sur ce schéma, on obtient un matériau dont les propriétés ressemblent à celles d'un polymère (qui, lui, est formé de molécules chimiquement soudées entre elles).

Ce jeu d'assemblage ouvre un monde de possibilités nouvelles, exploré par la chimie supramoléculaire, une jeune science de vingt ans.
Cliquez sur l'image pour en savoir plus.
© ESPCI












« Tout ce qui travaille dans la compression, comme les joints de structure, les revêtements susceptibles de se rayer, est concerné, explique Ludwik Leibler à l'AFP. Si vous percez un joint d'étanchéité dans un mur, il va se réparer tout seul. » Les applications potentielles sont donc nombreuses. Dans la revue Nature, Ludwick Leiber confie qu'il rêve de voir son matériau utilisé pour fabriquer des jouets « parce que les enfants adorent casser les objets ».



Le rêve n'est peut-être pas loin car le laboratoire a signé un accord avec Arkema, un groupe français de chimie. Les applications vont bien au-delà des jouets. Des vernis et des adhésifs sont au programme, ainsi que des matières plastiques biodégradables.



 [x]
Deux feuilles de ce nouveau matériau, approchées l'une contre l'autre, ne feront bientôt plus qu'une...
© François Tournilhac/Ludwik Leibler ESPCI/CNRS


Par Jean-Luc Goudet - Futura-Sciences


.