Loading...
Wait
Please wait
Loading longer than expected.
Wait 30 more seconds   Reload
wait
Login
X
Email OR Username:
Password:
Login with Google
Get an account
Forgotten password?
Email account confirmation
Language:
Nao 's Blog
Avatar
RSS Nao
0.9965

Views 105862 times

on 18-10-30 at 12:00 am
Strange Angel


on 18-06-18 at 08:37 pm
Mindhunter (2017)


on 18-05-13 at 07:14 pm
Nouveautés rentrée 2018-2019 (networks)


on 17-10-23 at 11:28 am
Subfactory Awards 2017 - les résultats


on 17-10-07 at 06:48 pm
Subfactory Awards 2017 - votes


on 17-07-06 at 10:38 pm
Preacher (2016)


on 17-07-03 at 09:07 pm
Shooter (TV 2016)


on 17-05-21 at 08:16 pm
Brooklyn Nine Nine


on 17-03-23 at 12:29 am
Travelers (2016)


on 17-03-13 at 01:08 am
Riverdale (2017)


on 17-03-01 at 11:52 am
Patriot (Amazon)


on 17-01-25 at 02:03 pm
Pilotes Networks 2017-2018


on 16-11-04 at 05:04 pm
Les SF Awards 2016 du pauvre


on 16-11-02 at 07:51 pm
Lethal Weapon (TV)


on 16-08-07 at 08:20 pm
Roadies (2016)


on 16-05-01 at 07:45 pm
Quantico (2015) - ABC


on 16-02-09 at 12:52 pm
Pilotes 2016-2017


on 15-10-26 at 12:16 pm
12 Monkeys (SyFy)


on 15-09-05 at 04:50 pm
Killjoys (2015)


on 15-08-12 at 11:11 am
Cordon (2014)


on 15-07-01 at 02:55 pm
Aquarius (2015)


on 15-05-29 at 11:21 pm
The Knick (Cinemax)


on 15-05-19 at 10:02 pm
Z Nation (SyFy)


on 15-01-22 at 08:54 pm
Pilotes 2015-2016


on 14-12-30 at 02:50 pm
Gotham


on 14-05-27 at 11:41 am
Ray Donovan (Showtime)


on 14-04-26 at 02:45 pm
Pilotes 2014-2015 (dramas)


on 13-02-11 at 04:33 pm
Pilotes 2013-2014


on 12-03-18 at 08:59 pm
Nebesnyi Soud - le Tribunal Céleste

+7.16
Published by Nao on 18-06-18 at 08:37 pm   -   Category : Présentations de séries  -   Seen: 727 times
Chaîne : Netflix
Saison 1 : 10 épisodes
Statut : renouvelée

1977, les débuts de la criminologie moderne et du profilage au FBI à travers trois personnages clés, deux agents du FBI (McCallany et Groff) et une psychologue (Anna Torv). Leur méthode : mener des interviews des tueurs en série emprisonnés pour espérer comprendre comment ils pensent, dans l'espoir d'appliquer le même raisonnement à ceux qui n'ont pas encore été attrapés.

 [x]

Quand Netflix avait annoncé ce show l'an dernier, j'avais un peu tiqué, parce que l'annulation de Hannibal après trois saisons était trop fraiche encore dans mon esprit, et pour moi, cette proposition de série à base de profileurs et de tueurs en série n'était pas nécessaire (Mindhunter étant le titre de la première adaptation de Red Dragon, sur lequel est basé, de loin, Hannibal). Après, quand j'ai percuté que David Fincher était derrière la caméra - et pas que pour le pilote - j'ai rapidement changé d'opinion.

J'ai rarement vu une série aussi intelligente. C'est ce que je me suis dit tout le long de la saison 1 : c'est dense (plusieurs épisodes font plus d'une heure), verbeux (très peu d'action, énormément de dialogues, la série est tirée d'un livre et adaptée par un dramaturge - Joe Penhall), mais pourtant jamais confus, jamais pédant. Une série qui ne nous prend pas pour des andouilles, en somme.

A un moment, au début de la saison, j'ai repensé à cet épisode de Criminal Minds centré sur un jeune David Rossi et les tout débuts du BAU au FBI dans les années 70. C'est le même concept de série : les différences dans l'approche des psychopathes, le manque de connaissance, de technologie, la frilosité des autorités devant des procédés d'enquête nouveaux. Cette série, toute proportion gardée, c'est le spin off dont je rêvais et qu'on n'aura jamais eu.

Alors oui, certes, des séries sur un jeune idéaliste confronté à l'immobilisme d'un partenaire plus âgé, qui réussit pourtant là où d'autres échouent parce qu'il pense différemment, il y en a déjà eu plein (je pense à Hannibal, je pense à True Detective saison 1...). Mais pas aussi bien, pas aussi belle.

C'est un peu bizarre de parler de beauté pour une série sur des tueurs en série, et pourtant... le générique est à l'image de cette dichotomie, à la fois sublime et dérangeant (gros plans léchés sur des mains qui installent un magnétophone old school, entrecoupés de flashs morbides tirés d'une scène de crime).

Le générique en question


L'ensemble est fascinant parce que l'approche se veut scientifique. Le jeune idéaliste interviewe des tueurs en série et tente de décortiquer les horreurs qu'ils lui racontent, d'y donner du sens. On ne nous montre pas de la violence ou de la perversion pour faire vendre, mais bien pour tenter d'expliquer et de catégoriser. C'est à ça, je pense, que l'on voit la finesse de l'écriture et la qualité des acteurs - on peut vivre des scènes affreuses à travers un dialogue, sans que rien ne nous soit montré.

 [x]

Le tandem Ford (Jonathan Groff)/Tench (Holt McCallany) est très classique, mais marche bien mieux qu'on aurait pu l'imaginer. Les personnages semblent diamétralement opposés, dans leurs pratiques, leur façon d'être et de percevoir le monde, mais ça ne vire jamais vraiment à l'hostilité - ils sont en fin de compte plus complices et complémentaires qu'il n'y parait.

Parfois, quand une série est estampillée "basée sur des faits réels", elle devient rigide et factice ; elle ressemble plus à un documentaire qu'à une véritable série dramatique. Ici, il n'en est rien, même si tous les tueurs interrogés ont bien existé, et que l'ensemble est bien tiré de la réalité. La qualité de la réalisation et l'écriture des personnages fait qu'on est pris dans l'histoire, qui fascine dans ce qu'elle a de vrai.
.