Loading...
Wait
Please wait
Loading longer than expected.
Wait 30 more seconds   Reload
wait
Login
X
Email OR Username:
Password:
Login with Google
Get an account
Forgotten password?
Email account confirmation
Language:
Advertisements
TV Show PageSearch Search
Star Trek: Picard
Previous  1x03 Next
The End is the Beginning
Aired on: 2020-02-06
Completely unaware of her special nature, Soji continues her work and captures the attention of the Borg cube research project’s executive director. After rehashing past events with a reluctant Raffi, Picard seeks others willing to join his search for Bruce Maddox, including pilot and former Starfleet officer Cristóbal Rios. (thetvdb.com)
Discuss about this episode:
Discussion Thread
Guest:
TV Show Director:
TV Show Writer:
You have to be logged to rate this episode
Total Rate :
5 / 10
(2 rates)
  Bottom of the page Bottom of the page
Discussion (SPOILERS!):
Pages: 1
Original Post # 4297495, posted at 15:31 on 2020-02-07  
Rating:
Avatar
The_Punisher
Non, mais les surprises s'enchainent.
Cette série nous recopie le 20ieme siecle de Trump, en 23xx ! c'est ouf, on est toujours loin du monde utopique de Rodenberry.
Sur le coup, Discovery parait moins fou :o
Je vais poursuivre la série, mais WOW, on est loin de TNG et DS9 !

Post # 4297527, posted at 17:04 on 2020-02-08  
Rating:
Avatar
Baje
C'était nul à chier. Tous les personnages introduits dans cet épisode sont nuls à chier.

--
Si être normal est d'usage, cela revient à abandonner toute chance de progrès. Qui veut être normal ?
Post # 4297704, posted at 01:03 on 2020-02-14  
Rating:
Avatar
tchess
titter
Y'a pas à dire, je me retrouve rarement dans tes avis Baje (je précise que je le dis avec le sourire et avec humour).
Perso, j'aime bien (et pas seulement parce que je suis bon public dès qu'il s'agit de SF), et j'aime tout particulièrement Patrick Stewart qui, je trouve, illumine la série. C'est d'ailleurs dingue le "poids" qu'il a pris en vieillissant, car je le trouvais plutôt inexpressif dans TNG (une des raisons pour lesquelles je n'ai jamais été spécialement fan de cette série).
Pour autant, je peux parfaitement comprendre qu'elle puisse déplaire aux puristes (je dis ça sans aucun mépris) car, comme le dit Punisher, on est effectivement très très loin du monde utopique de Rodenberry. Est-ce pour autant un mal ? La série devait-elle se cantonner à l'optimisme un peu béat (mais tellement agréable) de Rodenberry ? Possible, en ces temps trumpiens, ça n'aurait sans doute pas été inutile. Faut-il pour autant la condamner de vouloir vivre avec son temps et refléter sans doute plus fidèlement ces temps plus troublés ?
De toute façon, les fans de Robenberry savent bien que la seule vraie série Star Trek, c'est The Orville. maf

Post # 4297706, posted at 03:38 on 2020-02-14  
Rating:
Avatar
ricorod
tchess a dit
le 14/02/2020 à 01:03
:

De toute façon, les fans de Robenberry savent bien que la seule vraie série Star Trek, c'est The Orville. maf
J'ai déjà dit ce genre de choses. Je ne comprends toujours pas l'absence de procès. Le plagiat est énorme et le prétexte parodique imperceptible.

--
Life is too short to spend two hours in a state of total exasperation.
Post # 4297751, posted at 00:33 on 2020-02-15  
Rating:
Avatar
tchess
ricorod a dit
le 14/02/2020 à 03:38
:

J'ai déjà dit ce genre de choses. Je ne comprends toujours pas l'absence de procès. Le plagiat est énorme et le prétexte parodique imperceptible.
Je sais bien, je me rappelle parfaitement avoir été complètement d'accord avec toi quand je t'avais lu.
Quant à l'absence de procès, peut-être simplement parce qu'il est compliqué d'attaquer en justice au motif qu'elle a parfaitement retranscrit l'esprit de l’œuvre dont elle s'inspire, esprit dont les créations officielles récentes se sont bien éloignées. Sans doute aussi parce que temps qu'ils utilisent pas cet élément iconique de Star Trek qu'est la téléportation, qu'il est difficile d'attaquer pour plagiat, sachant en plus que ça couterait une blinde en avocats et frais de justice, même en gagnant. Paradoxalement, a peut-être aussi joué le fait que la série, dans sa 2e saison, cesse de n'être plus qu'un pastiche, créant peu à peu sa propre histoire. On peut aussi penser qu'il y a eu un arrangement financier. Sans compter le fait que (du moins ne l'ai-je lu nulle part) les détenteurs des droits de Star Trek n'ont pas lancé d'anathème sur The Orville (qui au final leur fait aussi de la pub) : la meilleure preuve, c'est que Jonathan Frakes a pu réaliser 2 épisodes, sans se retrouver pour ça blacklisté pour la série Picard.

*édité à 00:35 le 15/02/2020
Post # 4297823, posted at 19:27 on 2020-02-17  
Rating:
Avatar
Batefer
tchess a dit
le 14/02/2020 à 01:03
:

Perso, j'aime bien (et pas seulement parce que je suis bon public dès qu'il s'agit de SF), et j'aime tout particulièrement Patrick Stewart qui, je trouve, illumine la série. C'est d'ailleurs dingue le "poids" qu'il a pris en vieillissant, car je le trouvais plutôt inexpressif dans TNG (une des raisons pour lesquelles je n'ai jamais été spécialement fan de cette série).
Pour autant, je peux parfaitement comprendre qu'elle puisse déplaire aux puristes (je dis ça sans aucun mépris) car, comme le dit Punisher, on est effectivement très très loin du monde utopique de Rodenberry. Est-ce pour autant un mal ? La série devait-elle se cantonner à l'optimisme un peu béat (mais tellement agréable) de Rodenberry ? Possible, en ces temps trumpiens, ça n'aurait sans doute pas été inutile. Faut-il pour autant la condamner de vouloir vivre avec son temps et refléter sans doute plus fidèlement ces temps plus troublés ?
Ah, mais Picard avait un balai dans le cul dans TNG tu peux le dire. Mais il a vieilli, il a changé (il avait déjà changé dans les films par rapport à la série), on peut comprendre qu'il ait acquis au fil du temps un côté plus humain, moins rigide. Surtout si la Fédération est devenue celle décrite dans cette série, on peut comprendre qu'il ne se reconnaisse décidément plus en elle, aussi coincé et respectueux du protocole qu'il ait pu être dans le passé.
Après, je comprends les puristes hardcores. Ce n'est pas le Star Trek de Roddenberry, clairement, et à ce titre ça fait longtemps qu'on n'a pas vu du Star Trek qui lui soit fidèle, probablement depuis la fin des séries régulières. Les nouvelles et les films d'Abrams, aussi divertissants soient-ils, font surtout la part belle à l'action et à la scifi décomplexée qui ne fait pas trop réfléchir. Ce n'était bien entendu pas le but de Roddenberry qui pensait utopie, réflexion sur la paix entre les peuples, exploration destinée à l'enrichissement de tous... Mais l'époque n'est plus à ce genre de récit optimiste, que voulez-vous...
Et oui The Orville c'est cool.

--
je parles pas au cons sa les instruits
*édité à 19:28 le 17/02/2020
Pages: 1
 Top of the page  Top of the page
Discuter de l'épisode :
Anonymous posting has been disabled. Please login first before attempting to post: Login

This episode page has been seen 167 times
Last automatic update of this episode on 2020-02-20 at 16:10
.